Face à l’augmentation des cyberattaques, la prévention est devenue indispensable. Le test d’intrusion est un moyen de détecter les failles de sécurité de votre système informatique. L’objectif étant de colmater ces brèches avant qu’elles ne soient exploitées par des hackers pour affecter les activités de votre entreprise. Dans cet article, vous allez découvrir tout ce qu’il faut savoir sur le pentest.

Qu’est-ce qu’on entend par pentest ?

Le test d’intrusion ou pentest en anglais peut-être défini comme une simulation de cyberattaques sur un système informatique. En d’autres termes, c’est un audit qui a pour but de trouver les vulnérabilités exploitables d’un système d’information. Le test de pénétration peut concerner une application, un réseau, un serveur web ou l’interface de protocole d’application.

Les informations fournies par un pentesting sont utilisées pour améliorer la sécurité informatique et corriger les vulnérabilités que peuvent exploiter les hackers. Ainsi, les tests d’intrusion vont simuler les techniques utilisées par les pirates pour attaquer votre système d’information. La différence est qu’elles sont effectuées dans un but bienveillant. Il est, donc important d’obtenir une autorisation du propriétaire du système ou de la direction avant d’effectuer un pentest pour éviter de perturber la continuité de l’entreprise.

Pour quelles raisons faire un pentesting ?

Faire des tests d’intrusion de manière régulière permet d’assurer la sécurité du réseau et d’avoir une gestion informatique plus claire au sein d’un organisme ou d’une entreprise. Un pentest va être fait chaque fois qu’il faut :

  • mettre en place une nouvelle infrastructure dans un réseau ;
  • apporter une remise à niveau ou des modifications importantes sur une application ;
  • faire des corrections de sécurité ;
  • modifier les politiques d’utilisation du système.

À quel moment faire un test d’intrusion ?

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte avant de faire un test d’intrusion.

Il y a d’abord, la taille de l’entreprise puisque sa présence sur internet est un vecteur qui va augmenter les risques de cyberattaques. Puis, vient le coût des tests de pénétration qui sont dans la majorité des cas très chers. A titre d’exemple, une entreprise avec un budget limité ne pourra faire un test que tous les deux ans.

Pour se conformer à la réglementation, certains secteurs sont également tenus de faire des contrôles de sécurité comme le test d’intrusion du système d’informations.

Notons qu’une entreprise qui utilise un cloud peut être autorisée à tester l’infrastructure du fournisseur. Mais, seul ce dernier peut faire les tests de pénétration dans le cloud.

Qui peut faire un pentest ?

Il est recommandé de faire effectuer un test d’intrusion par une personne qui possède au préalable une connaissance ou des expériences sur un système d’information et de sécurité.

Un bon pentester doit également connaitre les matériels et technologies disponibles sur le marché afin de comprendre la vulnérabilité d’un réseau informatique.

Par ailleurs, pour détecter les erreurs des développeurs lors de la conception d’une application, il est préférable de faire appel des prestataires extérieurs qui sont souvent des hackers éthiques. Ces derniers ont des diplômes haut niveau et une certification pour effectuer les tests. Cependant, le meilleur candidat pour faire un pentesting doit être dépendant de l’entreprise et du test à faire.

Comment faire un pentest ?

Pour effectuer un pentest d’un système ou d’une application, plusieurs méthodes sont à choisir selon vos besoins et budgets.

Tests d’intrusion externes

C’est une méthode qui cible les actifs d’une entreprise présente sur internet. Le pentesting va se concentrer sur le site, l’application web et les serveurs de messagerie. Le test a donc pour objectif d’essayer d’obtenir des données précieuses ou d’avoir accès au système d’information.

Tests d’intrusion internes

Ce test permet d’identifier les problèmes de sécurité et d’évaluer la résistance du réseau interne de votre entreprise. La simulation de l’attaque interne va se faire derrière le pare-feu par une personne qui possède les autorisations d’accès. Ce genre de test va évaluer les dommages qu’un employé mécontent ou un pirate peut faire.

Blind test

Le blind test est une procédure qui va imiter une cyberattaque notamment en limitant les informations données au pentester en charge du pentesting. Il doit ainsi rechercher la plupart des informations concernant l’entreprise cible. À noter que ce type de test peut prendre beaucoup plus de temps, une des raisons de son coût plus onéreux.

Le double blind test

La particularité de ce pentest est que seules quelques personnes sont au courant de l’activité en cours. Ce test permet de vérifier l’efficacité et la rapidité de l’équipe en charge de la cyber sécurité dans l’entreprise. C’est également un moyen de préparer les employés à une éventuelle attaque.

Le test ciblé

Dans cette simulation, le testeur et les membres du personnel de sécurité de l’entreprise vont coopérer pour se tenir informés de leurs mouvements. Durant ce test, les équipes de cybersécurité vont obtenir les informations en temps réel.

Le blackbox test

Durant cet audit, le pentester n’a aucune précision sur le test à faire. Il doit trouver par ses propres moyens le chemin dans le système d’information de l’entreprise. Le pentest Blackbox est le meilleur moyen et le plus facile pour simuler une intrusion par une entité extérieure.

Vous allez aimer

Animer des réunions commerciales efficaces

Comprendre ses clients

Les clefs du succès pour manager commercial confirmé