Risques psychosociaux liés au télétravail post-covid

Avec la pandémie de Covid-19, le télétravail s’est progressivement imposé comme nouvelle norme. Ce mode d’organisation du travail, bien que permettantun meilleur équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle des salariés, peut constituer une cause des risques psychosociaux et avoir un effet négatif sur la productivité de l’entreprise. Qu’entend-on par “risques psychosociaux ? Et comment les prévenir ?

Les différents types de risques psychosociaux

Les risques psychosociaux, ou RPS, peuvent être définis comme un risque réel pour le salarié au niveau de sa santé physique, mentale ou sociale. Ils peuvent trouver leurs origines dans les conditions d’emploi, l’organisation et les relations au travail. Ces différents facteurs pouvant avoir des conséquences néfastes sur la QVT par rapport au RPS. Voici les principaux RPS.

Le stress professionnel

Le stress professionnel qui se présente comme un déséquilibre entre les contraintes professionnelles et les ressources nécessaires pour travailler correctement. Des contraintes qui peuvent être une réduction du temps, une surcharge de travail, des conflits avec le supérieur hiérarchique ou les collègues.

Le stress peut être aigü lorsque le salarié est soumis à un stress ponctuel. On parler de  stress chronique dès lors que l’employé devra faire face à des situations de stress à répétition qui peuvent se cumuler dans le temps. L’accumulation de stress peut  se révéler être vecteur de maladie chez les collaborateurs dans les entreprises. Le risque augmente dès lors que l’employeur exige une forte productivité en contrepartie d’un faible bénéfice pour les salariés.

Les violences internes et externes

Les violences internes sont celles infligées par une ou plusieurs personnes ayant un pouvoir hiérarchique ou non sur d’autres individus. À titre d’exemple, on peut citer 

  • propos désobligeants,
  • insultes, 
  • critiques injustifiés 
  • humiliations. 

Dans une entreprise, même en télétravail, les salariés ne sont pas à l’abri de comportements sexistes ou sollicitations pour des faveurs sexuelles de toutes formes. Ces agissements sont sanctionnés par le Code du travail en France.

On parlera de violences externes, en relation avec les salariés. Par exemple: 

  • Violences physiques, 
  • Agressions verbales : insultes ou attitudes hostiles de toutes natures. 
  • destruction ou dérogation d’objets personnels.

À noter que ces RPS peuvent se combiner et interagir entre eux, causant, le cas échéant des tensions au sein de l’entreprise.

Les facteurs favorisant les risques psychosociaux

Bien que la plupart des salariés soient victimes de RPS, certains profils sont plus exposés que d’autres. Il est donc important de connaître les différents facteurs qui favorisent ces risques psychosociaux :

  • l’intensité et la complexité du travail aura un impact sur la vie professionnelle et personnelle des salariés ;
  • la monotonie des tâches et le faible développement des compétences ;
  • la mauvaise qualité des relations sociales avec les collègues, la hiérarchie ou les clients ;
  • les conflits de valeur ou éthiques dans l’entreprise ;
  • l’insécurité de l’emploi ;
  • la menace de chômage.

Les modalités pour prévenir les RPS

Il existe quelques moyens de prévention des RPS pour permettre aux entreprises d’avoir leur propre politique. Les actions de prévention se présentent en trois niveaux.

Le niveau primaire de la prévention

La prévention primaire concerne les actions qui ont pour but d’identifier et d’éliminer les risques de RPS pour améliorer la qualité de vie au travail dite QVT. L’objectif est d’éradiquer les risques au niveau de l’organisation du travail au sein de l’entreprise. Cependant, ce moyen de prévention est plus difficile à mettre en place puisqu’il faut élaborer un panel des situations possibles pour anticiper les risques.

Le niveau secondaire de la prévention

Cette méthode consiste à limiter les conséquences des RPS sur les salariés qui présentent déjà des symptômes. Cette prévention secondaire ne va intervenir que sur une partie des facteurs à l’origine des risques psychosociaux après avoir fait une démarche de détection. Le cas échéant, il y aura des actions ciblées ou une formation concernant la prévention du stress dans les entreprises.

Le niveau tertiaire de la prévention

Ce niveau marque le début d’une réflexion sur votre entreprise. Cette prévention consiste à intervenir sur les salariés atteints de RPS pour que leur état ne s’aggrave pas. Ces actions concernent les salariés dans l’incapacité  de reprendre le travail, à travers des groupes de paroles ou des cellules psychologiques. Par exemple après un harcèlement ou des violences dans l’entreprise.

schéma de prévention des RPS

Source : lefacteurhumain.com

Les formations pour prendre en charge les risques psychosociaux

Des organismes spécialisés comme Adaliance offrent des formations par branche d’activité dans l’entreprise. Ces dernières consistent à identifier et en conséquence, à agir face aux RPS ainsi qu’à manager individuellement les salariés. L’entraide entre collègues pour faire face aux RPS reste primordiale,, notamment à travers une formation de quelques heures durant laquelle les participants exposent leurs problématiques afin d’améliorer la QVT des salariés.

 

Comment expliquer le lien entre Covid et Burnout ?

Avec la crise sanitaire du Covid, le nombre de salariés en situation de Burnout a plus que doublé. En effet, selon le baromètre du cabinet Empreinte Humaine, environ 2,5 millions de salariés souffrent de cette pathologie au plus fort de la pandémie. Au travail, ils sont de plus en plus épuisés. Mais comment expliquer le lien entre le Covid et le Burnout ?

En quoi consiste le burnout ?

Le burn-out peut se traduire par un état de fatigue intense et l’incapacité à réaliser des résultats concrets au travail. C’est donc un trouble psychique qui est issu de l’épuisement professionnel. Il résulte le plus souvent d’un stress chronique au sein de l’entreprise. Cette pathologie va se développer progressivement lorsque le salarié est soumis à des conditions de travail démotivantes même en télétravail. Il est donc important de connaitre les causes et symptômes du burnout pour pouvoir le traiter.

Les causes du Burnout

Les causes du burnout sont nombreuses, mais les plus importants sont :

  • la surcharge de travail ;
  • des problèmes entre les salariés ;
  • des objectifs de production très difficiles à atteindre ;
  • l’insécurité de l’emploi.

Ainsi, une charge de travail trop importante va rapidement épuiser le salarié et peut le pousser au surmenage ainsi qu’à l’épuisement physique et mental qui peut causer une dépression.

Les symptômes d’un burnout

Le burnout se présente d’abord avec des signes physiques comme une fatigue permanente, un mal de dos, des migraines ou des insomnies. Dans certains cas, des infections peuvent apparaître. Une souffrance psychologique va aussi se manifester à travers des crises d’anxiété, l’irritabilité, une tendance à s’isoler dans l’entreprise ainsi que les difficultés de concentration.

D’autres signes peuvent également caractériser le burn-out dans le long terme comme la frustration et le sentiment d’échec. Des troubles du comportement alimentaire et des toxicomanies sont aussi des symptômes qui vont apparaître quand l’épuisement va persister dans le temps.

Comment sortir du burnout ?

Si les symptômes d’épuisement professionnel persiste, voici quelques conseils pour vous en sortir.

Il est d’abord important de vous reposer notamment avec un arrêt de travail. Vous pouvez profiter de cette période pour essayer des exercices de relaxation afin de lutter contre le stress et l’épuisement. Ensuite, vous devez vous poser des questions sur les sources du burn-out et comment y remédier pour aller mieux.

Il est aussi conseillé de suivre un traitement adapté comme se faire prescrire un arrêt de travail. C’est un moyen de prendre du recul, de récupérer et surtout d’accepter le burn-out. Les activités sportives peuvent favoriser cette transition.

À noter que si un traitement antidépresseur n’est pas nécessaire, il est indispensable de suivre un traitement non médicamenteux. Ce dernier se traduit par une prise en charge psychologique ou psychocorporelle avec des thérapies comportementales ou des séances de méditation.

En cas de burn-out sévère, le médecin traitant va prescrire une prise en charge par un psychiatre.

Le covid est un facteur qui augmente le risque de burnout

Le burnout se caractérise par un épuisement physique et mental. Il trouve sa source dans le stress alors que le Covid-19 est considéré comme facteur de stress. En effet, il peut apporter un déséquilibre entre le travail et la vie personnelle surtout lorsque le salarié doit prendre soin d’un membre de sa famille contaminé par le virus du coronavirus. À cause de cette situation, les personnes risquent facilement de souffrir d’épuisement professionnel. Ainsi, le service RH aura des difficultés à manager ce genre de collaborateurs en manque d’énergie pour accomplir correctement leur travail. Des mesures doivent donc être prises pour prévenir le burn-out.

Le lien entre Covid et Burnout

Le stress apporté par la pandémie de coronavirus oblige les employés à adapter leur routine quotidienne aux mesures de la santé publique. La crise sanitaire est effectivement une situation instable qui favorise le burnout en plus des inquiétudes persistantes comme l’oubli d’un couvre-visage pour se rendre dans les locaux de l’entreprise.

Le taux de contamination du Covid va aussi augmenter les inquiétudes des salariés tout comme l’efficacité des vaccins devenue obligatoire pour de nombreux métiers qui favorise le stress.

Le sentiment d’isolement au travail ou la maison est aussi un facteur qui peut engendrer rapidement un épuisement mental sans oublier qu’en période de pandémie, l’instabilité de l’emploi et la perte de revenu sont à l’origine d’une peur constante pour les employés.

Comment l’employeur va prévenir le burnout en période de Covid ?

Pour prévenir le burnout en période de Coronavirus, l’employeur peut créer un milieu de travail sécuritaire au niveau psychologique. Il va notamment s’assurer que les employés comprennent de façon claire les objectifs du travail. Il est également recommandé de proposer aux salariés un temps pour faire des activités physiques.

Même en télétravail à cause de la maladie, il est primordial de répartir de façon équitable la charge de travail avec des délais tenables pour éviter le burnout.

L’employeur doit également donner l’accès à des ressources. Le cas échéant, fournir des formations aux employés pour accroitre leur confiance et réduire le stress.